Direct Matin Montpellier Plus

31-01-2017

LES ÉTUDIANTS SE GÈLENT EN COURS

En cause, notamment, des bâtiments trop vétustes et mal isolés. Etudiantus hibernatus. Si la formule n’a aucun fondement latino-scientifique, elle est suffisamment parlante pour illustrer les conditions de vie (ou plutôt de travail) de nombre d’étudiants de l’université Paul-Valéry actuellement. Blousons sur le dos, bonnets, écharpes et même gants, il leur faut bien ça pour affronter les températures glaciales – entre 9 °C et 13 °C, voire 6 °C ! – qui sévissent dans de nombreuses salles de cours en début de matinée. Et même si les assauts givrés d’un mois de janvier quasi polaire semblent derrière nous, le thermomètre ne dépasse guère 5 °C à 7 °C à 8 h. Pas de quoi réchauffer l’ambiance et créer un climat propice à l’apprentissage… «Beaucoup d’étudiants qui sont affectés en début de matinée dans les préfabriqués, la salle des poètes ou la salle archéologie, préfèrent éviter ces heures de cours, s’indigne Stanislas Huret, membre du Scum, le syndicat de combat universitaire de Montpellier (*). On ne peut pas travailler ou se concentrer dans ces conditions. » Manon ne dit pas autre chose : « En salle archéo1, il y a du chauffage, avec trois ou quatre radiateurs pour toute la salle (grande et haute de plafond, NDLR), installés sur un seul côté, sous de grandes fenêtres qui visiblement isolent très mal. Le mercredi, j’ai six heures trente de cours dans cette salle et on doit tous garder nos manteaux. On tremble de froid. C’est l’horreur. » Pour Jade, étudiante en histoire de l’art, le constat est similaire dans les salles art et histoire de la bibliothèque universitaire, situées dans les ailes du bâtiment. « On sait bien qu’il y a des lieux difficiles à chauffer, comme les grands amphis mais il faut que l’administration réagisse, en déplaçant les cours dans des salles mieux isolées », poursuit Stanislas Huret. Du côté de Montpellier 3, on tente de minimiser le sujet, tout en apportant quelques précieuses précisions. « Il n’y a pas de problèmes particuliers de chauffage, la quasi-totalité du campus étant raccordée à la chaudière bois (de la Motte-Rouge, qui dessert également l’Université de Montpellier et le CHU, NDLR), note Patrick Paris, en charge de la communication. Après, il est vrai qu’il y a eu un incident au niveau de l’échangeur de réseaux dans le bâtiment A, où sont implantées les salles archéo. Mais cette panne est, depuis, réparée. » Quant aux préfabriqués, pourvus de grille-pain, pardon, de radiateurs électriques, il s’agit, pour Patrick Paris, « d’un problème d’organisation. Les thermostats sont en libre accès. Le premier qui arrive le matin doit penser à le remonter. C’est vrai que ça met un peu de temps… Surtout quand, la veille au soir, parce qu’il fait trop chaud, les étudiants l’ont baissé ou éteint…» Reste que comme nombre de leurs consœurs françaises, les universités montpelliéraines en général et Paul-Valéry en particulier, souffrent de leur vétusté.
Diane Petitmangin
Le Scum tient une assemblée générale ce mercredi 1er février, à 12 h, sur le parvis des amphis ABC sur la sélection en Master 1. Ú www.combatuniversitaire. wordpress.com.

  • Immo Vente
  • Immo Location
  • Auto
Particulier vend beau terrain constructible lieu dit Le Barry, au pied du château. 1270 m² - 25.000  [...] Terrains25 000 € Salignac eyvignes
Maison à construire à Castelnau-le-Lez (34170) D Maisons / Villas400 000 € Castelnau-le-lez
Maison à construire à Marsillargues (34590) Avec un style fait d Maisons / Villas268 000 € Marsillargues
VILLA EUROPA C - Appartement PAU 64000 PAU - Résidence neuve en harmonie avec l T3524 €Pau
TRIO VERDE A - Appartement BAYONNE 64100 BAYONNE - Résidence fonctionnel et moderne se pla&cc [...] T3606 €Bayonne
LES JARDINS D T3744 €Saint medard en jalles